La clé majeur d’un accouchement réussit

Voilà le troisième trimestre de la grossesse qui approche, a moins que tu ne soit déjà en plein dedans. Tu commences à penser à ce qui va se passer, à comment tu vas gérer tout ça. Sache que déjà c’est complètement normal d’avoir plein de questions, ou même de ne pas en avoir. C’est tellement délicat de se projetter dans cette voie inconnue, d’ailleurs que tu ai déjà accouché avant te place tout de même sur la voie de l’inconnu.

C’est certain que d’avoir accouché précédemment te donne une certaine expérience, mais l’inconnu est toujours présent dans la notion d’accouchement. Inconnu car l’enfant que tu portes, est tout nouveau, que chaque accouchement est différent, à la fois prévisible et imprévisible. Voilà pourquoi la meilleure façon de vivre pleinement ton accouchement c’est de te plonger dans l’inconnu avec totale confiance en ta capacité.

Voilà la clé majeur d’un accouchement efficace :

Avoir totalement confiance en sa propre capacité à accoucher seule.

Hein quoi !!! J’accouche pas seule … et bien comment te dire que ce n’est ni la sage-femme, ni le gynécologue, ni le futur papa, ni ta doula qui va faire sortir ton bébé mais uniquement TOI. Enfin c’est de cette façon que l’on doit accoucher. Effectivement, lorsqu’il y a une césarienne, c’est un peu différent, mais hormis la césarienne c’est bien toi, la femme enceinte qui accouche.

Alors comment fait on pour avoir confiance ?

Et bien soit c’est inné en toi, soit il faut de préparer pour gagner en confiance. L’accouchement c’est comme de franchir un marathon, et personne ne ferai un marathon sans s’être correctement préparé.

Comme dans un marathon, le principal atout des vainqueurs c’est la préparation mentale. Dans le cadre d’un accouchement, on nous prépare grandement aux modifications de notre corps physique et plus récemment le corps médical commence à nous préparer psychologiquement.

Un jour on ajoutera à cette préparation physique et psychologique, la dimension émotionnelle et spirituelle. Lors de mon premier accouchement, j’ai fait la préparation classique à l’accouchement, qui propose de nous expliquer comment l’enfant sort de notre utérus. A l’époque je travaillais en néonatalogie, je connaissais donc les protocoles médicaux, et ma préparation physique était donc au top ! Cela m’a permis d’accoucher comme je l’avais décidé, donc sans péridurale mais totalement déconnectée des sensations et de ma puissance de femme. J’étais dans le contrôle total, car je manquais complètement de confiance. J’ai eu un bel accouchement mais j’ai vraiment trop souffert pour expulser ma puce.

Pour mon deuxième je me savais capable d’accoucher, j’ai donc gérée mes contractions avec brio, mais au moment de l’expulsion j’ai encore donné énormément de moi même. J’ai toujours ressenti avoir accouché avec mon mental. C’est donc pour mon troisième accouchement que j’ai attendu d’avoir envie vraiment de pousser. Que la nature expulse mon bébé plutôt que moi en train de pousser à ne plus pouvoir respirer. Je me suis fais confiance, j’ai attendu qu’il descende, qu’il s’engage, qu’il avance, puis d’un coup la puissance m’a envahit, je n’ai pour ainsi dire pas poussé. Et il est né.

Voilà il m’a fallut 3 accouchements pour comprendre et toucher cette puissance, pour l’entrevoir, pour la ressentir et finalement être persuadé qu’une force féminine bien plus grande existe.

Ce chemin vers la confiance s’est tissé doucement, il m’a fallut beaucoup d’étapes pour déconstruire le schéma que j’avais forgé autour de l’accouchement. Je pensais savoir mais finalement je ne connaissais rien du tout. Seule l’expérience nous permet d’acquérir réellement une confiance intime au plus profond de nous même. Mon schéma s’est construit en écoutant les accouchements de ma grands-mère, ceux de ma maman, de mes tantes, puis ceux que l’on voit à la télévision, puis ce que j’ai appris à l’école d’infirmière. Puis au final ceux que j’ai vu (en vrai) pendant mes études, ceux qui était dicté par les convictions du service de maternité qui m’accueillait et plus individuellement les sage-femme que j’ai vu lors de mes stages. Cela faisais beaucoup beaucoup beaucoup de croyances, de fausses croyances sur l’accouchement. Voilà pourquoi il m’aura fallut 3 accouchements pour comprendre l’enfantement libre. Mon 4ème enfantement promet d’être riche en puissance sacrée féminine.

accouchement aromathérapie babyblues bébé calme charente maritime courage doula doulas douleur enfantement expulser fleur force grossesse huile essentielle lithothérapie maman massage maternité naissance pierre placenta plantes préparation périnée relaxation saintes tisane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *